Copenhagen Consensus Center
Home Menu

Haïti Priorise: Graduation Microfinance, Serent

Description du problème

La preuve d’une augmentation du niveau de l’extrême pauvreté a été renforcée par le ralentissement de l’activité économique, la dégradation de certains indicateurs économiques comme l’inflation et le taux de change et la détérioration de la sécurité alimentaire dans les zones rurales et urbaines, notamment à la suite de l’ouragan Matthew. 
 
En effet, l’inflation a plus que doublé entre mai 2015 et mai 2016 passant de 6,6 % à 15,1 %. Le taux de change a augmenté de plus de 25 % pendant la même période. Le dernier rapport de la Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire (CNSA, 2015) révèle que le nombre de personnes vivant dans l’insécurité alimentaire dans les zones urbaines a atteint 30 %. 
 
Malgré des efforts qui ont entraîné une réduction de l’extrême pauvreté en Haïti de 31 à 24 % entre 2000 et 2012 (Banque mondiale, 2015), ce taux reste le plus élevé dans la région avec de fortes inégalités. 
 
Les programmes de protection sociale, de microfinance et de graduation réalisés par les ONG, les gouvernements ou les institutions financières n’ont pas encore eu l’impact escompté. Par conséquent, la lutte contre l’extrême pauvreté est essentielle pour réduire les inégalités et améliorer les conditions de vie de plus de 2,5 millions d’Haïtiens qui sont enlisés dans des conditions très précaires et qui vivent avec moins de 1 dollar américain par jour. 

Solutions

  • Développer le programme de graduation
  • Développer le programme de microcrédit  

L’auteur suggère qu’il y a un besoin pour plus d’évaluations de ces deux programmes, afin que leur efficacité puisse être mesurée correctement dans le contexte haïtien.

Tableau récapitulatif du RAC

Intervention Avantage (Gourdes) Coût (Gourdes) Ratio avantage - coût
Graduation 442,921 143,092 3.1
Microfinance 4,668 4,074 1.1

Avantages, coûts et RAC

Développer le programme de graduation

L’auteur envisage un programme qui touche 10 000 familles bénéficiaires sur 10 ans. Cela comprendrait :

  • un soutien à court terme sous forme d’argent liquide pour se nourrir au début, 
  • un accès aux services d’épargne, 
  • des sessions de formation sur la façon de générer un revenu, 
  • la fourniture d’actifs générant des revenus tels que des chèvres ou des volailles, 
  • un soutien supplémentaire tel que des soins de santé préventifs.

Coûts

Le coût total par bénéficiaire est de l’ordre de 143 092 Gourdes. Les coûts directs représentent plus de la moitié des dépenses : achat et octroi des actifs économiques tels que des chèvres, des volailles et des marchandises afin de générer des revenus pour chaque bénéficiaire. Il y a aussi des coûts indirects, les frais de démarrage et les coûts des prestations de services supplémentaires tels que les soins de santé.
 
Avantages

Les avantages du programme de graduation sont non seulement économiques, fournissant aux bénéficiaires des revenus et la propriété de moyens de production, mais aussi sociaux, avec l’amélioration de l’accès au logement, un meilleur accès à la santé et à l’éducation pour les enfants, des conditions d’hygiène améliorées et l’amélioration de la sécurité alimentaire. 

En effet, une grande partie de l’avantage vient de la garantie que les enfants des familles participantes iront davantage à l’école, conduisant ces enfants à devenir des citoyens d’Haïti plus productifs quand ils grandissent.

Élargir le programme de microfinance

Des prêts de 10 000 gourdes sont octroyés aux nouveaux entrepreneurs et à ceux existants, avec un remboursement réparti sur six mois, ou moins, à un taux annualisé de 35 %. Les entreprises qui vendent de la nourriture dans la rue, de la friture, les entreprises de couture ou de pêche sont typiques. L’objectif est de toucher environ 2 500 familles par an et environ 4 % des pauvres du pays sur 10 ans. 
 
Coûts

En utilisant les données de l’USAID sur les coûts de fonctionnement et les coûts  financiers et en estimant que deux pour cent des prêts feront défaut, Serent estime que cela coûtera        4 045 gourdes pour chaque prêt de 10 000  gourdes.
 
Avantages

Les microcrédits devraient donner aux femmes et aux familles un plus grand contrôle sur leur revenu afin qu’elles se protègent mieux contre les vagues de l’inflation. Il y a des avantages qui sont très difficiles à mesurer, par exemple l’augmentation de l’autonomie financière des femmes. 

Les recherches ne montrent pas que les microcrédits augmentent sensiblement les revenus des bénéficiaires. L’auteur utilise expérience du Bangladesh qui suggère, au mieux, une augmentation de 2,8 % de pouvoir d’achat des emprunteurs. 

L’auteur conclut que chaque gourde dépensée pour la microfinance va seulement créer des retombées pour la société d’une valeur d’à peine plus d’une gourde.