Copenhagen Consensus Center
Home Menu

Haïti Priorise: Nutrition, Stone

Le problème

L’anémie et les carences en micronutriments touchent une grande proportion de la population en Haïti. Selon les estimations, 21% des enfants nés lors des trois dernières années dans le pays présentaient un faible poids à la naissance, bien ce dernier n’ait été reporté que pour 26% des naissances. Selon les plus récentes études, 49% des femmes en âge de procréer et 65% des enfants d’âge préscolaire étaient anémiques. 

Les femmes enceintes et les jeunes enfants sont les plus vulnérables à la malnutrition par carence, en raison de leurs besoins en nutriments plus élevés, des faibles quantités de nourriture qu’elles (ils) consomment et du fait que les déficiences au cours de cette étape de la vie peuvent entraîner des handicaps permanents. L’anémie gestationnelle est associée à un risque plus élevé de mortalité infantile, d’accouchement prématuré et de faible poids à la naissance. 

Les solutions

  • Supplémentation en calcium et en micronutriments chez les femmes enceintes
  • Enrichissement de la farine
  • Supplémentation en micronutriments chez les enfants

Tableau récapitulatif des RAC

Interventions Avantages (en gourdes) Coûts (en gourde) RAC
Supplémentation en calcium et en micronutriments chez les femmes enceintes 79,8 milliards 7,6 milliards 10
Enrichissement de la farine avec du fer et de l’acide folique 7,9 milliards 331,3 million 24
Supplémentation en micronutriments chez les enfants 1,2 milliards 157,3 million 8

Avantages, coûts et RAC

Supplémentation en calcium et en micronutriments chez les femmes enceintes

L’anémie gestationnelle entraîne un risque élevé de mortalité infantile, d’accouchement prématuré et de faible poids à la naissance. La supplémentation de plusieurs capsules micronutriments réduit considérablement ces risques. En outre, les régimes pauvres en calcium peuvent représenter chez les femmes un risque plus élevé de pré-éclampsie ou d’éclampsie, ce qui augmente le risque de mortalité maternelle. L’OMS recommande une supplémentation en calcium chez les femmes au cours de la grossesse afin de limiter ce risque. 

Coûts 

Les coûts comprennent 1) les coûts de l’approvisionnement en compléments, du transport et du stockage ; 2) les coûts associés au temps consacré en soins de santé en vue de mieux gérer les efforts de distribution de compléments supplémentaires ; et 3) les coûts de formation, coordination et supervision. Le coût est estimé à 0,0575$/comprimé pour les micronutriments et à 0,015$/comprimé pour le calcium. 

Avantages

Totaux

  • 15212 décès évités sur 12 ans, ce qui, échelonné, correspond à 1400 morts par année
  • 431771 années d’incapacité évitées sur 12 ans, ce qui, échelonné, correspond à 40000 années d’incapacité évitées par année
  • 7,9 millions de gourdes de futurs « gains » de productivité sur 12 ans, ce qui, mis à l’échelle, correspond à 740000 gourdes obtenus par année.

Détails 

  • 18816 cas d’anémie évités sur 12 ans chez les femmes enceintes, ce qui, échelonné, correspond à 1800 cas évités par année.
  • 2492 décès maternels causés par la pré-éclampsie évités sur 12 ans, ce qui, échelonné, correspond à 235 morts évitées par année.
  • 200000 nouveau-nés sur 12 ans qui ne n’auront pas de faible poids à la naissance, ce qui, échelonné, correspond à 19000 cas de bébés de faible poids à la naissance évités par années. Ce résultat implique :
  1. 4276 mort-nés évités sur 12 ans, ce qui, échelonné, correspond à 400 cas de mort-nés évités par année ;
  2. 2 années d’incapacité sur la durée de vie évitées, pour chaque cas de faible poids à la naissance évité ; 
  3. Des revenus potentiels supérieurs de 7,5% au cours de la vie, pour chaque cas de faible poids à la naissance évité. Cela représente environ 40000 gourdes au cours de la vie active de 16 à 60 ans (exprimée en valeur actuelle nette de 5%).
  • 120591 accouchements prématurés évités sur 12 ans, ce qui, échelonné, correspond à 11400 accouchements prématurés évités par année. Ce résultat implique :
  1. 8441 cas de mort subite du nouveau né évités sur 12 ans, soit 800 morts prématurées évitées par année
  2. 928 cas de naissances présentant une déficience légère ou grave évités, soit 88 par année. 

Enrichissement de la farine

Pour les femmes enceinte tout comme les jeunes enfants, l’enrichissement des produits alimentaires de base, tels que la farine de blé, avec du fer et de l’acide folique, pourrait offrir des avantages en termes de réduction de l’anémie, tout en réduisant le risque d’anomalies du tube neural. 

Coûts 

Selon les estimations, la plus grande minoterie d’Haïti possède une capacité de production correspondant à 80-85% de la demande nationale. Bien que l’enrichissement de la farine soit obligatoire en Haïti, il semble que la farine ne soit pas enrichie.  

On suppose que des coûts de réglages seraient prévus pour la principale minoterie et deux autres potentielles minoteries de plus petite taille, tel que cela est requis pour un nouveau programme : équipement de dosage, équipement de surveillance interne, et formation de meuniers. 

En outre, il faut inclure les coûts liés aux réunions et formations afin de redéfinir les normes en vue d’ajouter de l’acide folique dans le prémix (les politiques actuelles précisent l’ajout de fer, mais pas de l’acide folique). Dans ce processus, il faudra également tenir compte du prix de la farine et des produits liés, ainsi que la possible nécessité d’augmenter les prix pour couvrir les coûts du prémix. 

Les coûts du prémix sont estimés dans une fourchette de 1,5 à 2,9$, hors frais d’expédition. Si l’on tient compte des frais d’expéditions, des taxes et des pertes du prémix, on estime qu’un coût du prémix de 2,65$ par tonne métrique de farine moulue augmente de 50% pour atteindre 4$ par tonne métrique.

Avantages

  • Un total de 1321 cas de mort subite du nouveau né dues à des cas d’anencéphalie et de spina bifida évitées sur 12 ans, grâce à une consommation optimale d’acide folique chez la femme pendant la période de grossesse. Mis à l’échelle, cela correspond à 150 cas de mort subite du nouveau né évités par année. 
  • 869727 cas d’anémie évités sur 12 ans chez les femmes en âge de procréer. Mis à l’échelle, cela correspond à 100000 cas d’anémie évités chaque année chez cette population. 
  • 562596 cas d’anémie évités sur 12 ans chez les enfants d’âge préscolaire, ce qui, échelonné, correspond à 60000 cas évités chaque année chez cette population. 
  • 927886 cas d’anémie évités sur 12 ans chez les enfants d’âge préscolaire, ce qui, échelonné, correspond à environ 100000 cas évités par année chez cette population.

Les micronutriments pour les enfants de 6 à 24 mois

Chez les enfants, les carences en micronutriments peuvent également causer de l’anémie, augmenter la sensibilité aux infections ainsi que le risque de mortalité. Il a été démontré que l’approvisionnement en micronutriments en poudre permettait de réduire de manière significative les risques d’anémie. Les micronutriments en poudre sont de petits sachets (environ 1 gramme), contenant donc un mélange de micronutriments sous forme de poudre. 

Les coûts 

Les coûts sont estimés pour deux approvisionnements en micronutriments en poudre par année pour des enfants âgés de 6 à 23 mois, au sein des centres de santé et des postes sanitaires. Trois types de coûts sont évalués : 1) les coûts récurrents pour l’approvisionnement et le stockage des micronutriments en poudre, 2) les coûts récurrents de la distribution par des professionnels de santé, et 3) les coûts associés à la formation et frais de lancement. 

Les coûts des sachets de micronutriments eux-mêmes s’élèvent à 0,017$ par sachet. Les coûts d’approvisionnement des micronutriments en poudre, les frais d’expédition et les coûts de stockage, représentent ensemble plus de 90% des coûts totaux du programme (dans ce scénario de « distribution passive » où les micronutriments en poudre sont distribués au personnel de soins en charge des enfants qui fréquentent les centres de santé et postes sanitaires. 

Les coûts associés au temps consacré par les professionnels de santé à la distribution des micronutriments en poudre ont été évalués en prenant le nombre de professionnels de santé supplémentaires nécessaires chaque année pour que soit ajoutée cette distribution aux responsabilités d’autres professionnels de santé. On suppose que chaque « contact » du programme (la distribution deux fois par an de micronutriments en poudre aux enfants couverts par le programme) nécessite 15 minutes pour instruire l’aide-soignant.e sur l’utilisation du produit et que le salaire annuel d’un professionnel de santé est 4830 gourdes. 

Avantages

Près de 417690 cas d’anémie seront évités sur 12 ans chez les enfants d’âge préscolaire, ce qui échelonné, correspond à 62000 cas évités chaque année.