Copenhagen Consensus Center
Home Menu

Haïti Priorise: un plan de développement alternatif

Dans un pays en voie de développement, consacrer des ressources publiques limitées à des pro- blèmes illimités exige d’établir des priorités. Ce dilemme a poussé le Copenhagen Consensus Center à se pencher sur l’analyse coût-avantage comme cadre théorique afin de guider les allocations budgétaires. Haïti Priorise, nommé ainsi du fait de de sa nature participative, a eu pour objectif d’identifier les meilleures solutions aux défis de développement, de calculer les coûts et les avantages socio-économiques de chaque politique proposée et de classer ces propositions par ordre de pertinence et d’efficacité. Plus de sept cents idées ont été proposées par des experts locaux, portant sur une vingtaine de thématiques. Environ 80 idées prometteuses ont été retenues dans le but de déterminer leur rentabilité par rapport aux gourdes investies. Les interventions à étudier ont été choisies sur la base de plusieurs critères. La pertinence locale : l’intervention répond-elle à la réalité haïtienne? L’intérêt international: est-ce que l’intervention attire l’intérêt des partenaires internationaux du pays? La mesurabilité : l’intervention a-t-elle des composantes qui sont mesurables? L’applicabilité : est-ce que la mise en place de l’intervention peut être réalisée pendant une période de 5 ans? La capacité: le gouvernement haïtien a-t-il les ressources (humaines, physiques, financières) pour la mettre en mouvement? Le fait d’être pilote : est-ce que l’intervention fait ou faisait partie d’un programme pilote ou d’un programme en cours? L’effet multiplicateur: l’intervention proposée a-t-elle des effets multiplicateurs dans d’autres secteurs? Les interventions retenues ont répondu à la majorité des critères. Par la suite, un panel d’éminents économistes, dont le lauréat du prix Nobel Vernon Smith, a épluché les rapports et s’est entretenu avec les chercheurs, dont la moitié sont haïtiens, sur la faisabilité des propositions et la fiabilité des données. Au final, nous comptons 40 chercheurs, autant d’experts sectoriels et réviseurs, environ 200 intervenants aux tables rondes, un conseil consultatif et, plusieurs ministères, organisations internationales, universités et organisations de la société civile comme participants actifs. Le résultat: promotion des bonnes idées, campagne contre les mauvaises, un ensemble de rapports couvrant différents aspects de développement et engageant des perspectives variées. Les rapports, dans leur totalité, se trouvent en ligne sur le site web du Centre. Nous présentons ici un résumé de chaque rapport en mettant l’accent sur les particularités du contexte haïtien, la prépondérance des preuves résultant d’une revue de la littérature existante et l’identification des coûts et des avantages impliqués par la proposition.